a. Le choix (quel cheval pour moi? pour quel usage?...)

 
Il y a 5 grands types de questions à se poser :

- Qu'est-ce que je veux faire avec mon cheval ?

o Simplement avoir une compagnie : choix d'un retraité. Leur âge peut être très varié, du poulain qui ne pourra jamais être mis au travail au cheval âgé. Souvent, il reste possible de monter en balade au pas de temps en temps.


o Faire de tout à petit niveau : balade, saut, dressage, trec, complet, ponygames, endurance, etc... : le choix de la race est indifférent, chevaux d'Origines Nons Constatées (ONC) compris. Il faudra une santé correcte mais des petits défauts sont acceptés (possibilité par exemple, de choisir un cheval réformé des courses).


o Faire de la balade/rando : choix d'un cheval à orientation extérieur : le choix de race est indifférent, ONC compris, mais il faudra choisir un cheval avec un bon tempérament, un bon dos et de bons aplombs, qui sont les trois critères indispensables à cette pratique.


o Faire du sport : choix d'une race orientée vers la discipline choisie, avec une santé irréprochable. Un cheval Pleins Papiers (PP) ou d'Origines Constatées (OC) est indispensable pour sortie en compétitions amateurs ou pro.


- Quel travail suis-je prête à faire sur mon cheval ?

 
o Je veux le faire entièrement à ma main : achat d'un poulain ou d'un 3 ans non débourré. Attention à ne pas surévaluer ses propres capacités d'éducateur !


o Je veux le faire à ma main sans me sentir capable (ou me sentir l'envie) de l'éduquer et le débourrer : choix d'un jeune, de 3 à 5 ans.


o Je veux un cheval dont le travail de base est acquis (âge indifférent, de 4 ans à plus).


o Je veux un cheval déjà bien mis dans son travail.


- Quel tempérament est-ce que je recherche chez un cheval ?


o Un tempérament très calme, afin de me faire plaisir en toute circonstance, avec la possibilité de le faire monter par des enfants ou des amis débutants : races plutôt orientées extérieur (Irish, Merens, Haflinger...), américaines (apaloosa, quarter ...) ou des individus dans toutes sortes de races et ONC, de 6 ans au minimum, pour éviter certaines surprises liées au changement de caractère.

 

o Un tempérament vif quand il le faut, mais avec un cheval docile : on peut s'approcher des races près du sang ou pur sang (plutôt arabe), mais les individus sont à trier avec précaution.


o Un cheval qui a du caractère et du jus : orientation vers le Pur-sang anglais, l'Anglo-arabe, mais on trouve ce type d'individus chez toutes les races et même ONC.


o Un cheval qui a du caractère, mais pas trop de jus : poneys type shetland, fjord, mais on trouve ce type d'individus chez de nombreuses races et ONC.



- Quels critères physiques ?


o Quelle taille ai-je envie ?
Pour être rassuré, pour faire de la rando ou de la balade ou encore pour un cavalier de petite taille : le choix se portera vers du double poney ou petit cheval.

Pour une orientation sport ou un cavalier de grande taille, on choisira un cheval plus grand.


o Y-a-t-il une race dont je rêve ?
Haflinger, frison, PRE, certains nous font rêver, tout comme certaines robes (palomino, noir, apaloosa...)
Attention à ne pas s'arrêter à ce seul critère !

o Quel âge ?
Avant 6 ans, il faut s'attendre à avoir quelques périodes de tests liées à l'âge : c'est un âge à éviter pour un cavalier peu confirmé.
Après 15 ans, il faut envisager le fait que le cheval devra avoir une retraite d'ici une dizaine d'années (qui passent très vite).

o Quel sexe ?
Les entiers et étalons demandent un bon niveau mais surtout une gestion particulière de la pension.
Une jument pourra permettre de se faire le plaisir faire naître un jour un poulain, tandis que les hongres montreront un caractère moins fluctuant.
C'est cependant souvent un choix qui dépend simplement des goûts personnels, et dans lequel il vaut mieux ne pas s'enfermer.

- Quel budget ?
Tous les critères précédents sont bien souvent liés au budget, et le budget sera donc à adapter en fonction (ou l'inverse : il faudra parfois revoir certains critères à la baisse pour pourvoir entrer dans son budget).
En effet, le budget va surtout dépendre de la race (et en fonction, des origines), du niveau de travail (et éventuellement des résultats en compétitions), de l'âge, du sexe, du modèle et de sa santé.

b. Le repérage (où chercher)

 
Un élevage : si on recherche une race particulière.
Chez les particuliers : petites annonces variées (magazines spécialisés, sites web, journaux gratuits ...)
Par le bouche à oreille : dans les clubs, chez des amis propriétaires, maréchaux ferrants, terrains de concours, ...
Par le biais d'associations (retraités, réformés de courses, chevaux maltraités, poulains orphelins ...)

c. Premier contact avec le vendeur, première rencontre avec le cheval


Premier contact avec le vendeur : connaitre les raisons de la vente, le caractère du cheval, les disciplines pour lesquelles il est fait/prêt, ce qu'il sait faire / ce qu'il ne sait pas faire.
Ce qu'il a fait ses dernières années (son parcours), et tous les problèmes de santé qu'il a eu dans sa vie (notamment : coliques, ulcères, tendinites, maladies)
S'il est à jour dans l'administratif : pucé, identifié, éventuellement vacciné et vermifugé (pour voir le sérieux du vendeur).
Se renseigner également sur son mode de vie (pré, box ?) et son alimentation, afin de ne pas bouleverser trop brutalement ces habitudes en cas d'achat.

Premier contact avec le cheval :
Sauf si l'on recherche un cheval à rééduquer, il faut éviter un cheval qui montre des signes de peur ou d'agressivité envers un inconnu (soi).


Observer sa morphologie, notamment si rien ne choque (membre déformé, pieds mal entretenus, ...)


Faire un pansage, et prendre les pieds. Il faut éviter un cheval qui se montre dangereux pour ces deux étapes (essaye de taper, se lève, ...), sauf si on envisage l'achat d'un cheval à rééduquer.


Demander à ce que quelqu'un le fasse marcher en main, puis le monte brièvement aux trois allures
Si le cheval inspire confiance, monter à son tour dessus.
L'idéal est de pouvoir commencer à monter en carrière, aux trois allures, aux deux mains et sur des voltes, et de tester tout ce qu'il est censé faire, mais brièvement (quelques pas de cession, un seul obstacle pour tester sa franchise, ...).
Ensuite, il est intéressant de pouvoir l'essayer aussi en extérieur (sauf si on ne s'y destine pas du tout).
Il est également intéressant de voir comment il se comporte sous la selle avec d'autres chevaux (notamment en carrière), mais aussi seul (notamment en extérieur).


Il est important d'envisager d'autres essais avant l'achat.



d. La visite d'achat ( quels examens obligatoires? quels examens optionnels en fonction de la pratique recherchée?)


Rien n'est obligatoire. Une visite vétérinaire minimale est cependant indispensable.
Ensuite, selon la valeur de l'animal, les ambitions que l'on se fixe avec lui, et aussi son passé et sa race, mais aussi son budget personnel, la visite peut être plus ou moins complète.
C'est à voir avec le vétérinaire.
Attention à ne pas choisir le vétérinaire du vendeur, car cela le place dans une position délicate : il peut être au courant de certaines choses que le secret professionnel lui interdit de dire, mais que l'éthique l'encouragerait à faire .... bref, une situation très délicate qui est à éviter.

e. Le transport (à la charge du vendeur? de l'acheteur? )


Normalement le transport est à la charge de l'acheteur. Des arrangements à l'amiable peuvent parfois être trouvés, en cas d'une vente urgente par exemple.

f. Quelques points juridiques (droits de l'acheteur, droits du vendeur; que faire en cas de litige?)


Demander à récupérer la carte de propriétaire signée dès le paiement. Le changement de propriété est à faire sous sept jours auprès des Haras nationaux. 

Il existe 7 vices rédhibitoires qui peuvent annuler la vente, tout comme tout vice caché (un vice caché, c'est n'importe quelle chose qui compromettrait l'usage pour lequel l'acheteur à déclaré vouloir acheter le cheval, qui aurait été caché volontairement par le vendeur au moment de la vente).
On peut demander une période d'essai d'une semaine avant l'achat définitif du cheval, mais elle n'est pas une obligation pour le vendeur.

Les pièges à éviter 

- de ne pas faire de visite vétérinaire par soucis d'économie, ou par confiance vis-à-vis du vendeur.
- de ne pas essayer le cheval

100802lundi2aout2010_048

( L'observation des photographies du cheval au modèle peut permettre de se faire une première idée des chevaux à la vente dès la consultation des petites annonces)